Couleur de peau : Miel

Laurent Boileau et Jung Sik-jun, Belgique, France, 2012, couleurs, 75 mn

Synopsis

Ils sont 200.000 enfants coréens disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée.
Né en 1965 à Séoul et adopté en 1971 par une famille belge, Jung est l’un d’entre eux.
Adapté du roman graphique Couleur de peau : Miel, le film revient sur quelques moments clés de la vie de Jung : l’orphelinat, l’arrivée en Belgique, la vie de famille, l’adolescence difficile… Il nous raconte les événements qui l’ont conduit à accepter ses mixités. Le déracinement, l’identité, l’intégration, l’amour maternel, tout comme la famille recomposée et métissée, sont autant de thèmes abordés avec poésie, humour et émotion… Réalisé dans un étonnant mélange d’images réelles et dessinées, entre présent et souvenirs, utilisant à l’occasion des archives historiques et familiales, Couleur de peau : Miel est un récit autobiographique d’animation qui explore des terres nouvelles.

Couleur de peau : Miel

Presse

« Point de départ du film, la rencontre entre Jung et Laurent Boileau, admirateur de la BD, a d’abord abouti à l’idée d’un documentaire, axé sur le premier voyage en Corée de Jung, aujourd’hui quadragénaire. Mais bientôt sont venues s’y mêler d’autres sources d’images, archives, films de famille et surtout séquences d’animation en 2 ou 3D, exprimant la subjectivité des souvenirs et les blessures intimes de l’affectivité.

Cette forme hybride qui fait l’originalité de Couleur de peau : Miel renvoie à la multiplicité des questions liées à l’adoption: « Identité, déracinement, famille, absence, abandon, destin, différence », énumère Laurent Boileau.

À la fois dur et tendre, pudique et violent, secret et ouvert, triste et fort, le film explore cette complexité, qui prend des nuances diverses selon les âges, des jeux innocents de l’enfance au désespoir de la jeunesse. C’est une histoire de résilience, d’un beau ­courage. »

Marie-Noëlle Tranchant, Le Figaro, 5 juin 2012

Advertisements
%d bloggers like this: