Les Contes de la mère poule

Programme de courts métrages d’animation iraniens pour les petits,
Iran, 1992-1998-2000, 46 mn, couleurs, sans paroles.

Shangoul et Mangoul

de Farkhondeh Torabi et Morteza Ahadi Sarkani Iran – 2000 – 17 mn – couleurs – éléments textiles découpés et brodés.

Le poisson Arc-en-ciel

de Farkhondeh Torabi – Iran – 1998 – 13 mn – couleurs – éléments textiles découpés.

Lili Hosak

de Vajiollah Fard-e-Moghadam – Iran – 1992 – 16 mn – couleurs – papier découpé inspiré par des motifs de tapis persans.

poule02Résumé

Les Contes de la mère poule est le titre d’une séance de cinéma en salle spécifiquement conçue pour les petits, à partir de quatre ans. Ce programme de 46 minutes rassemble trois chefs-d’œuvre du cinéma d’animation iranien contemporain, différents mais concordants, d’environ un quart d’heure chacun.

Shangoul et Mangoul est une variation, en laine brodée traditionnelle de la région de Kirman, du conte des sept chevreaux, connu aussi chez Esope, La Fontaine ou les frères Grimm : le loup doit montrer « patte blanche » pour tromper les petits de maman chèvre – ici une
« patte verte » qu’il a trempée dans le bain d’un teinturier –, puis la mère défie le loup en combat singulier et l’éventre pour retrouver ses petits.

Le poisson Arc-en-ciel, en tissu découpé et animé, démontre que l’union fait la force, et raconte l’entrée dans le groupe du poisson solitaire « Arc-en-ciel », d’abord trop fier de ses écailles colorées et lumineuses pour se joindre aux autres.

Lili Hosak, en papier découpé, fait s’animer les motifs animaliers d’un tapis persan : l’enfant à peine né de la poule et du coq se noie dans l’étang. Le coq appelle à l’aide, mais personne ne vient, puis la chèvre à clochette parvient à regrouper autour du point d’eau toute la communauté animale qui, ensemble seulement, parvient à sauver le naufragé.

poule01

Note d’intention

Ces récits animés avec des décors et des personnages taillés dans du tissus, découpés dans du papier, brodés avec de la laine et inspirés des traditions persanes les enchanteront par leur beauté plastique et leur univers magique, plein d’humour et de tendresse.
Par ailleurs, certaines histoires font références à des contes qu’ils connaissent. La durée de chacun des courts-métrages (environ 15 mn) est adaptée au temps de concentration des plus jeunes : ils n’auront aucune difficulté à se passionner pour ces trois belles histoires d’animaux qui ont pour thème l’entraide et la générosité.

%d bloggers like this: